Qu’est-ce qu’une perle de culture ?

Parce que les réserves naturelles de perles s'épuisaient, des techniques de culture développées par les Japonais, ont permi de "fabriquer des perles". On parle de perle de culture. Découvrez qu'est-ce que c'est réellement.

Perles de culture montées sur un collier

Perles de culture montées sur un collier.


Mieux comprendre la perliculture

Tout démarre dans les années 20 alors que les perles fines ou naturelles du Golfe s’épuisaient peu à peu. Au Japon, des scientifiques ont alors développé l’art de produire des perles. La perle de culture fit ainsi son apparition sur le marché perlier. Ensuite, c’est au tour de la Chine de s’aventurer sur le terrain de la perle de culture avec 2 000 tonnes annuelles produites en eau douce par les moules. Depuis, le secret de la culture de la perle s’est répandu en Polynésie française, aussi dans les archipels de l’Océan Pacifique.
On définit ainsi la perle de culture comme étant un minéral créé par un animal après une intervention humaine. De ce fait, la perliculture consiste à cultiver des huîtres perlières puis à les greffer afin d’en obtenir des perles de culture de qualité. Pour réussir la perliculture, les huîtres ont besoin d’eaux saines (non polluées).

On peut dire que la perle de culture n’est pas le fruit du hasard. Toutefois, rappelons que la production massive de perles vise avant tout la qualité.

Les différents types de perles de culture

On rescence quatre grandes variétés de perles de culture bien particulières et aux origines distinctes.

La perle des Mers du Sud : elle provient d’Australie et est la perle de culture la plus chère du monde. Les perles des Mers du Sud sont issues des huîtres perlières Pinctada Maxima. Elles sont entre autres caractérisées par un lustre satiné, des coloris élégants (doré, blanc et argenté) et un diamètre compris entre 9 et plus de 18 mm.

La perle de Tahiti : elle provient de la Polynésie française (archipel des Tuamotu). La perle de Tahiti est issue d’une huître appellée Pinctada Margaritifera. Parmi ses caractéristiques : elle peut présenter une forme ronde, baroque ou autre. Elle se révèle dans des couleurs foncées (aubergine, pourpre, bleue…). Pour finir, son diamètre varie de 8 à 18 mm.

La perle d’Akoya : elle est issue des mers japonaises et produite par l’huître Pinctada Fucata. Créée par le japonais Kokichi Mikimoto, la perle d’Akoya présente un diamètre variant entre 5 et 10 mm. Présentant un lustre à effet miroir, cette gemme se dévoile sous des coloris divers : noir, blanc, rose, bleu, argenté…

La perle d’eau douce : elle est cultivée surtout en Chine et est issue des moules de Cumingii de Hyriopsis. On peut produire jusqu’à 50 perles d’eau douce par coquille. Avec un diamètre situé entre 5 et 11 mm, des couleurs dans les notes pastel (violine, lavande, crème, pêche, etc.), la perle d’eau douce est la moins chère et peut être produite à vitesse grand V.

À Lire

Comment choisir une bague en perle de culture ?
Où trouver des colliers de perles de culture au meilleur prix ?
La valeur des perles : leurs prix
La composition des perles
La formation de la perle
La croissance des perles



Laisser un commentaire

Commentaire

Recevez toute l'actualité bijoux en vous inscrivant à la newsletter Made in Joaillerie :