Les critères d’évaluation du diamant 4C

Pour sa singularité et sa rareté, le diamant figure en tête de l'élite des gemmes naturelles. De quatre caractéristiques principales dépend la qualité de cette pierre précieuse : poids, taille, couleur et pureté. Zoom sur les fameux critères 4C d'évaluation du diamant.

L'évaluation du diamant grâce aux critères 4C

L'évaluation du diamant grâce aux critères 4C.


Le poids du diamant en carats, un critère d’importance

Il s’agit de la masse de la pierre précieuse, exprimée en « Carats » (unité de masse pour les gemmes). Depuis 1907, le carat métrique est défini comme étant égal à 0,20 gramme. Pour info, un carat est divisible en 100 points. En toute logique, un diamant de 0,50 carat équivaut à une pierre de ½ carat. Le choix de la joaillerie repose souvent sur les poids standards  de types 0.33ct, 0.50ct, 0.70ct et 1ct. Toutefois, des exceptions existent comme en témoigne la magnifique Bague Tresse de Poiray en or blanc et diamants blancs de 2,04 carats.

Parmi les célèbres diamants de poids exceptionnels découverts, figure le rarissime « Cullinan » qui atteignait les 3 106 carats à l’état brut (621,2 grammes). Et souvenez-vous du « Graff Pink », un précieux diamant rose de 24,78 carats, taillé en émeraude et montée en bague, vendu à 46 millions de dollars lors d’une vente aux enchères chez Sotheby’s en Suisse. Parce que le prix de la pierre est exponentiel par rapport à son poids, plus il y a de carats, plus la valeur du diamant augmente.

Reconnaître la qualité d’un diamant à travers sa pureté

La pureté ou « Clarity » du diamant déterminera son apparence finale. En effet, ce critère précise si la pierre précieuse contient des inclusions ou pas. Ces dernières peuvent être de plusieurs natures : solides, liquides ou gazeuses. La pureté globale de la gemme tient compte de la nature des inclusions et de leurs caractéristiques (position, taille…). Pour évaluer la pureté d’un diamant, les laboratoires d’analyses et d’expertises comme le G.I.A (Gemological Institute of America) utilisent des outils spéciaux comme la loupe 10x (achromatique et aplanétique) ou binoculaire. La gemme est observée dans son ensemble à travers la table, l’une des grandes parties du diamant avec la culasse, le rondiste et la couronne.

Voici l’échelle (avec une observation à la loupe 10X) pour savoir quelle pureté de diamant choisir :

  • FL (Flawless) – absence d’inclusions internes et externes
  • IF (Internally Flawless) – pur à la loupe 10X avec une absence d’inclusions
  • VVS1 et VVS2 (Very Very Small Inclusions) –minuscules inclusions très difficilement visibles
  • VS1 et VS2 (Very Small Inclusions) – très petites impuretés difficilement visibles
  • SI1, SI2 et SI3 (Small Inclusions) – on peut observer du côté de la couronne de petites inclusions
  • Piqué 1, Piqué 2 et Piqué 3 (Imperfect) – les impuretés sont très facilement visibles à l’œil nu suivant un certain degré. De quoi affecter la brillance de la gemme.

Qualification du diamant à travers sa taille

Le terme anglais est « Cut ». Il définit la taille du diamant, à savoir sa forme. De ce critère dépend la brillance de la gemme. Plus est diamant est taillé dans les bonnes proportions, mieux il reflète la lumière d’une facette à l’autre (effet miroir). L’appareil qu’utilise le gemmologue pour les établir est le proportionscope. De cela dépend son effet arc-en-ciel en termes de dispersion lumineuse. Ainsi, la taille vise à donner une forme à la pierre, aussi à améliorer son éclat. Sous ce critère, se cache trois éléments desquels dépend le feu du diamant : symétrie, poli et fini. On les définit en observant le centrage du diamant, la rencontre de ses facettes, la présence de rayures ou de stries de polissage…. La qualité de la taille du diamant est définie sur le certificat de gemmologie par :

  • I (Ideal) – Idéale
  • E (Excellent) – Excellente
  • VG (Very Good) – Très Bonne
  • G (Good) – Bonne
  • F (Fair) – Moyenne
  • P (Poor) – Mauvaise

La ville Anvers reste sans conteste la capitale de la taille des diamants, concurrencée par l’Inde. Le lapidaire dont le métier est de tailler et façonner le diamant, a le choix parmi différentes tailles existantes. Le « rond-brillant » est la forme la plus célèbre du diamant avec ses 57 facettes. Elle fut développée en 1919 par Marcel Tolkowsk, ingénieur et diamantaire belge. Et parmi les tailles « fantaisie », il y a : Princesse, Coussin, Cœur, Radiant, Marquise, Ovale, Poire, Rose, Émeraude, Troidia…

Classification de la pierre précieuse selon sa couleur

Dernier critère 4C d’évaluation du diamant à passer en revue, sa couleur. Désignée par le terme anglais « Color », la couleur du diamant influe considérablement sur son prix. Pour la déterminer, le mode opératoire consiste à comparer la gemme avec des pierres témoins non fluorescentes et dont les couleurs sont celles déterminées par convention. Beaucoup plus présents dans la nature, les diamants blancs sont très prisés, au même titre que les diamants de couleur beaucoup plus rares. Selon les codes internationaux, la couleur du diamant est codifiée d’incolore à coloré :

  • D – Blanc Exceptionnel +
  • E – Blanc Exceptionnel
  • F – Blanc Extra +
  • G – Blanc Extra
  • H – Blanc
  • I à J – Blanc nuancé
  • K à L – Légèrement teinté pour Faint
  • M à Z – Teinté pour Very Light
  • Autres couleurs de fantaisie pour Fancy Colors

Les diamants de couleurs (noir, jaune, bleu, vert, rouge…) sont dus aux conditions de formation de ces gemmes ainsi qu’à la présence de certaines impuretés comme le bore.



Laisser un commentaire

Commentaire

Recevez toute l'actualité bijoux en vous inscrivant à la newsletter Made in Joaillerie :