La composition chimique de l’or

Métal précieux incontournable dans l'univers de la bijouterie-joaillerie, l'or se veut à la fois malléable, dense, ductile et tendre. Matière inoxydable, l'or a su émerveiller les civilisations anciennes et actuelles. Ses propriétés et sa rareté lui valent l'essentiel de sa valeur. Plus en détails, découvrez la composition chimique de l'or.

Or pur et composition chimique

Or pur et composition chimique.


L’or, un métal précieux naturel

L’histoire nous dit que l’or est issu de ce que l’on appelle « nucléosynthèse stellaire » en astrophysique. Il s’agit d’un tas de réactions de fusion nucléaire s’étant produit au sein des étoiles. Cela a eu pour résultat la production de noyaux atomiques. La présence de l’or dans la croûte terrestre a donc pour origine le « Grand Bombardement Tardif » ou « LHB », une période au cours de laquelle les impacts (cométaires ou météoriques) se sont produits sur les planètes de type tellurique (Terre, Mercure, Mars, Vénus), il y a de cela 3.8 à 4.1 milliards d’années. L’or se localise dans les filons de quartz hydrothermaux, dans les roches sédimentaires ou ultrabasiques.

Réputé inoxydable ni dans l’air, ni dans l’eau, avec une remarquable conductivité électrique, l’or est un métal précieux d’exception. Considéré alors comme un métal noble, cette matière prouve sa résistance à l’oxydation ainsi qu’à la corrosion. Également décrit comme un métal de transition, l’or présente une forte densité. Il en est de même pour sa température de fusion et de vaporisation.

Les caractéristiques physiques et chimiques de l’or

  • Symbole chimique : Au
  • Numéro atomique : 79
  • Masse volumique : ~19,3 g·cm-3 (20 °C)
  • Masse atomique : 196,966569 ± 4×10-6 u
  • État de base : solide
  • Structure cristalline : cubique à faces centrées
  • Dureté : 2,5
  • Densité : 19.32 g/cm3
  • États d’oxydation : 3, 1
  • Diverses formes à l’état naturel : pépites, paillettes, poudre…
  • Localisation : dépôts alluvionnaires, roches ultrabasiques, filons…
  • Différentes couleurs selon les types d’alliages : jaune, blanc, gris, rose, vert, bleu, violet, rouge, brun…

L’or en joaillerie : une affaire d’alliages

Il faut savoir que de nature, l’or est un métal précieux très mou, donc difficile à travailler tel quel en joaillerie et orfèvrerie. C’est pourquoi l’or utilisé dans les domaines de la bijouterie-joaillerie-horlogerie est le résultat d’un mélange d’or fin et d’autres métaux. Cela permet d’augmenter la rigidité du métal des rois et des empereurs. Ces mélanges donnent des alliages d’or aux teintes variables. La teneur en or pur est définie par le carat (titre exprimé en millièmes). D’un pays à un autre, les proportions varient. Voici les pourcentages massiques d’or compris dans le métal :

  • Or 24 carats : 99,99% d’or fin
  • Or 22 carats : 91,67 d’or fin
  • Or 20 carats : 83,34% d’or fin
  • Or 18 carats : 75,01% d’or fin
  • Or 16 carats : 66,68% d’or fin
  • Or 14 carats : 58,35% d’or fin
  • Or 12 carats : 50,02% d’or fin
  • Or 10 carats : 41,69% d’or fin
  • Or 8 carats : 33,36% d’or fin
  • Or 6 carats : 25,03% d’or fin
  • Or 4 carats : 16,7% d’or fin
  • Or 2 carats : 8,37% d’or fin

Selon les métaux qui le composent (avec des pourcentages variables), l’or revêt différentes couleurs :

  • Or jaune : or fin + argent + cuivre
  • Or rose : or fin + cuivre + argent
  • Or bleu : or fin + fer
  • Or vert : or pur + argent
  • Or violet : or fin + aluminium
  • Or rouge : or pur + cuivre
  • Or gris  / or blanc : or fin + argent + cuivre + palladium (l’usage du nickel est désormais interdit)
  • Or noir : sa couleur n’est pas le résultat d’un alliage, mais plutôt celui de l’or blanc traité à sa surface par du ruthénium.

Précieux élément chimique, l’or ne peut être fabriqué ou synthétisé. Sa composition chimique remarquable lui vaut son caractère extraordinaire. Encore une merveille de la nature qui fait les beaux jours de la joaillerie.



Laisser un commentaire

Commentaire

Recevez toute l'actualité bijoux en vous inscrivant à la newsletter Made in Joaillerie :