Appellation : pierres semi-précieuses ou pierres fines

Pierres semi-précieuses ou pierres fines ? Deux appellations qui se valent, même si la première est devenue complètement obsolète au 21e siècle. Présentant des gemmes transparentes très prisées en bijouterie et joaillerie, les pierres fines font partie des plus beaux trésors de la nature.

Pierres fines ou semi précieuses

Pierres fines ou pierres semi précieuses avant le décret de 2002.


Pierres semi-précieuses : une appellation interdite

On parle de pierres semi-précieuses en opposition au quatuor des pierres précieuses, formé par le diamant (incolore à noir), le saphir (bleu, autres sauf rouge), le rubis (rouge) et l’émeraude (vert). Une distinction renforcée par une volonté européenne de préserver la valeur de ce quatuor de luxe, des pierres nouvellement venues du Brésil. D’où l’origine de l’appellation pierres « semi-précieuses ». Une distinction qui n’enlève rien à leur valeur.

Mais avec le décret du 14 janvier 2002 relatif au commerce des pierres gemmes et des perles, l’appellation pierres « semi-précieuses » fut tout bonnement interdite à cause de son caractère trompeur. En effet, l’article 5 des dispositifs mis en place par le Gouvernement Jospin, stipule l’interdiction des termes « semi-précieux » et « semi-fins » pour désigner certaines matières, dont les pierres naturelles (article 1).

Pierres fines : une appellation nouvelle

L’appellation pierres fines prend alors tout son sens. Désignant des pierres transparentes de « qualité gemme », donc de grande valeur, ce terme leur confère une réelle valeur et une dureté honorable, même si elles sont en deçà des caractéristiques exceptionnelles des pierres précieuses.

Les pierres fines résultent souvent de cristaux trouvés dans les roches et plateaux magmatiques, de pegmatites granitiques, de gneiss, de sédiments argileux, d’ardoises métamorphiques, de roches volcaniques basiques…

Se déclinant dans toutes les couleurs, les pierres fines restent étincelantes et très en vogue. Sertissant des parures et des bijoux d’exception, elles s’imposent dans l’univers joaillier avec élégance et rayonnement.

Voici quelques illustres pierres fines sollicitées par les plus grands joailliers-créateurs :

• Aigue-marine (bleu) : « Bague Tank » de Cartier en or gris et aigue-marine, témoin de la simplicité des détails, de la pureté du design et d’une élégance irréaliste.

• Améthyste (mauve/violet) : « Bague Couleur Baiser » signée Mauboussin en or blanc, pavage diamanté et améthyste. Au cœur d’une profusion de sentiments, ce bijou est un vrai enchantement pour le cœur.

• Citrine (jaune) : « Bague Livre et Sensuelle » de Mauboussin révèle un style artistique exceptionnel et minutieux, laissant paraître les belles notes acidulées de la citrine en pierre centrale.

• Tanzanite (bleu/lavande) : en or jaune, retrouvez dans la « Bague Esprit Masaï » de Caméo dans un style à la fois raffiné et sauvage pour un bijou de caractère aux lignes reptiliennes, fait de tanzanite et diamants.

• Tourmaline (vert/autres) : d’un raffinement envoûtant, la « Bague Attrape-moi… Si Tu M’Aimes » en or gris de Chaumet, arbore une magnifique tourmaline bleue de taille poire.

• Péridot : Van Cleef & Arpels révèle un véritable trésor avec la « Bague Constellation Bérénice » de plus de 27 carats, sertie d’un péridot rond, de diamants, de turquoise et de corail. Une merveille onirique.



Laisser un commentaire

Commentaire

Recevez toute l'actualité bijoux en vous inscrivant à la newsletter Made in Joaillerie :