Tout savoir de l’oxydation de l’or

Métal précieux réputé noble de par son inertie chimique, l'or reste très sollicité dans divers domaines : bijouterie, industrie, santé (or dentaire)… Résistant au temps, l'or est connu pour son caractère inoxydable. Mais la science dit autrement. Découvrez tout sur l'oxydation ou pas de l'or.

Oxydation de l'or sur une boucle d'oreilles

Oxydation de l'or sur une boucle d'oreilles.

 

Présentation de l’or, un métal précieux populaire

Métal de transition, l’or reste très recherché dans la nature et très apprécié sous toutes ses formes (pièces de monnaie, lingots et lingotins, bijoux et parures…). Sous forme de pépites au naturel, l’or se répartit à l’état natif en filon, dans les dépôts alluvionnaires ou dans les roches ultramafiques sous forme d’inclusions. L’or est un métal précieux et noble, connu pour sa malléabilité et sa densité. Il est également tendre et ductile. Voici quelques caractéristiques supplémentaires pour comprendre l’or :

  • Symbole : Au
  • Dureté : 2.5
  • Point d’ébullition : 2 856 °C
  • Point de fusion : 1 064,18 °C
  • Pression de vapeur : 0,237 mPa
  • Masse volumique : ~19,3 g·cm-3
  • Masse atomique : 196,966569 ± 4×10-6 u
  • Structure cristalline : cubique à faces centrées
  • Couleurs : jaune, blanc, gris, rose, bleu-vert…
  • Oxyde : amphotère (substance se comportant à la fois comme une base et un acide)

Tout savoir de l’oxydation de l’or : explications

Or et oxydation, est-ce deux mots compatibles ? Tout d’abord, parlons chimie. L’oxydation est un phénomène chimique qui se traduit par un échange d’électrons. Connu aussi sous le nom de réaction d’oxydo-réduction, l’oxydation a lieu dans plusieurs cas : électrochimie, corrosion des métaux… Traduisant la transformation de l’oxygène dans un corps, l’oxydation reste très présente dans l’industrie.

Pour répondre à la question sur la compatibilité entre l’or et le phénomène d’oxydation, il faut savoir que l’or est un métal précieux connu pour son caractère inoxydable dans l’eau et dans l’air ambiant (même en présence de sulfures). Gardant ainsi son éclat précieux dans le temps, l’or affiche une très forte valeur depuis la nuit des temps. En tant que métal noble, l’or présente un état d’oxydation de 0. Toutefois, capable de former divers composés, son nombre d’oxydation reste variable de (-I) à (+V). Protégé contre les attaques du dioxygène, l’or ne forme pas d’oxyde, peu importe la température.

Réputé donc pour son incroyable inertie chimique face à un acide, l’or se distingue du nickel ou encore du cuivre. Lorsque les alliages d’or contiennent certains métaux dans un bijou, la présence dans la transpiration d’ions de chlorure provoque une réaction d’oxydation. Non seulement le bijou en or se ternit, mais en plus, il est susceptible de provoquer des allergies souvent sur le corps. Peu apprécié, le nickel fait partie des anciennes formules d’alliage de l’or mis en cause comme substance possiblement cancérigène.

Avec un pouvoir réducteur trop faible, l’or ne peut pas subir d’oxydation ni par l’eau, ni par le dioxygène. Mais toutefois, la donne change en présence d’ions cyanure. En plaçant une simple feuille d’or dans une solution aqueuse réalisée à base de cyanure de potassium, elle disparait peu à peu. Contre toute attente, l’or s’oxyde par l’eau pour la simple raison que son pouvoir de réducteur a été renforcé grâce à une complexation avec le cyanure. Dans ce cas, l’or perd toutes les propriétés qui en faisaient un métal noble.

Extraction de l’or par le biais de l’oxydation

En général, on extrait des exploitations minières des minerais aurifères, non seulement formés d’or, mais aussi d’autres composés. La séparation entre ces corps est nécessaire pour extraite l’or. Pour cela, les minerais aurifères sont d’abord broyés avant d’être plongés dans une solution aqueuse contenant du cyanure. Comme expliqué précédemment, l’or des minerais se dissout dans la dite solution. Résultat : une formation de complexes auro-cyanures.

Subissant ensuite un traitement par l’absorption sur du charbon actif, ces complexes auro-cyanures s’y fixent pour donner lieu au phénomène de physisorption pour adsorption physique. Une fois recueilli, le charbon subit des traitements pour en extraire une solution contenant les fameux ions en rapport avec l’or. Par le biais d’une électrolyse, de cette solution aurique, est extrait l’or métallique. Après avoir subi la fonte, l’or métallique est finalement coulé en précieux lingots d’or que nous connaissons.



Laisser un commentaire

Commentaire

Recevez toute l'actualité bijoux en vous inscrivant à la newsletter Made in Joaillerie :