Comment reconnaître un saphir ?

Variété du corindon, le saphir est aussi connu sous l'appellation « gemme orientale ». Au pouvoir hypnotique, le saphir se révèle dans de multiples couleurs à l'exception du rouge du rubis. Exceptionnelle pierre précieuse, le saphir est souvent imité. Suivrez notre guide de reconnaissance du saphir véritable.

Saphir bleu - pierre précieuse bleue

Saphir bleu - pierre précieuse bleue.


Reconnaître des caractéristiques propres au vrai saphir

On peut reconnaître un saphir par son prix, sa couleur (bleu, vert, jaune…), sa transparence (transparent à opaque) et son uniformité. Mais ces seuls critères ne suffisent pas. Un vendeur peu scrupuleux, peut faire passer un zircon bleu ou un lapis lazuli pour du vrai saphir et le vendre au prix fort. Alors, méfiance ! Les saphirs de couleur très vive sont très prisés, beaucoup plus que ceux de nuances pastels. Notez que les inclusions, si elles sont présentent dans la pierre, apportent une part d’authenticité au saphir. Elles sont aussi souvent une arme esthétique incroyable qui rehausse la valeur de la gemme.

Aussi, le système cristallin du saphir est trigonal. Avec sa dureté de 9 sur 10 sur l’échelle de Mohs, un poids spécifique moyen déterminé par les professionnels, un habitus (forme cristalline) massif et granuleux et un éclat vitreux, le saphir présente des propriétés optiques qui lui permettent d’être reconnu : indice de réfraction de 1.76 à 1.77, un fort pléochroïsme (bleuté à rougeâtre), une dispersion de 0.018 et une biréfringence de 0,008 à 0,009. Se référer aussi à la provenance de la pierre. En effet, les plus importants gisements de saphirs sont localisés en Australie, Thaïlande, Birmanie et Sri Lanka.

Il faut savoir qu’un saphir naturel, n’ayant pas subi le moindre traitement, est assez rare actuellement. Face à la demande de plus en plus colossale, 90% des saphirs subissent un traitement chimique. Procédé légal, il favorise l’intensification de la couleur de la pierre pour rendre meilleure son apparence. Un bijoutier qui vend des bijoux en saphirs est tenu de présenter un certificat de vente, spécifiant si les pierres sont naturelles ou traitées. Ce qui n’enlève en rien le caractère précieux du saphir.

Reconnaître un vrai saphir par son apparence

Le saphir est l’une des gemmes les plus vendues au monde. Le vrai saphir se distingue clairement du faux. Pour cela, une observation attentive de sa limpidité se révèle nécessaire. En utilisant un filtre coloré Chelsea, on peut déterminer la qualité de la pierre. S’il s’agit d’un faux saphir, sûrement du verre, il apparaîtra rouge intense avec ce filtre.

Dans la masse d’un vrai saphir, doivent pouvoir être distinguées clairement des lignes parallèles. Contrairement au verre d’imitation, un saphir véritable ne présente pas de bulles emprisonnées. Un vrai saphir ne comporte pas de traces d’usure au niveau des angles de ses facettes. Les saphirs d’imitation se présentent généralement sans aucune inclusion. Soyez alors méfiant lorsqu’une pierre, désignée comme saphir, ne présente pas la moindre inclusion. Il ne peut que s’agir d’un faux.

Le caractère étoilé peut garantir l’authenticité de la gemme. Toutefois, le saphir n’est pas la seule pierre étoilée : grenat, quartz, cordiérite, aigue-marine, pierre de lune…. Le saphir peut présenter une étoile à 4 branches ou 6 branches, parfois 12 branches, ce qui est extrêmement rare chez les gemmes. Mais depuis quelques temps, on assiste à une pratique incroyable. Certains n’hésitent pas à rajouter une étoile superficielle sur un vrai saphir via des technologies de pointe afin d’essayer de le vendre encore plus cher. Ce qui veut dire que l’appellation saphir étoilé par diffusion, doit vous interpeller si vous désirez coûte que coûte un saphir étoilé 100% authentique.

Reconnaître un saphir par la mesure de sa densité

La densité de la gemme, aussi désignée par masse volumique, n’est autre que le rapport du poids de la pierre à celui d’un même volume de liquide. On s’appuie ainsi sur la méthode des liquides denses. Pour un vrai saphir, la densité est de l’ordre de 3,99 à 4,00. S’appuyant sur ces références, immergez la pierre en votre possession dans un liquide dont vous connaissez la densité. Testez les deux liquides suivants pour vous aider à y voir plus clair : 4,15 pour la liqueur de Clérici ou 3,33 pour l’iodure de méthylène.

La pierre à tester reste en suspension dans un liquide ayant la même densité. Si le liquide s’avère plus dense, la pierre flotte à la surface. Dans le cas inverse, il s’enfonce. À coup sûr donc, un vrai saphir montera à la surface de la liqueur de Clérici, mais s’enfoncera dans l’iodure de méthylène. Notez qu’il est tout à fait possible de faire une dilution de ces liquides afin de diminuer leur densité et déterminer plus précisément celle de la gemme à tester.

Pour information, la joaillerie, tout comme la gemmologie, utilise la balance hydrostatique pour évaluer la densité d’une gemme comme le saphir. Cet outil de précision, dont le rôle est de mettre en évidence la poussée d’Archimède, détermine le poids spécifique de la pierre dans l’air puis dans l’eau. Sa densité finale est obtenue en faisant un rapport entre son poids dans l’air et la différence entre ses deux poids.

Avec ce guide de reconnaissance du saphir, soyez en osmose avec la gemme afin d’en extraire tous les secrets enfouis.

Vous aimez cet article ?



Laisser un commentaire

Commentaire

Recevez toute l'actualité bijoux en vous inscrivant à la newsletter Made in Joaillerie :