Apprenez l’art de la taille de diamants

Pierre précieuse intemporelle, émane du diamant un halo de pureté et de grâce. Constituant l’âme de la pierre, la lumière doit être réfléchie harmonieusement par le diamant. De la taille de diamants, dépend cet éclat. Découvrez cet art délicat.

Taille des diamants par un diamantaire

Taille des diamants par un diamantaire.


La taille de diamants, un critère 4C

La taille du diamant (cut en anglais) constitue l’un des principaux critères d’évaluation de la qualité et de la valeur de la pierre. La qualité de la taille est définie par : «Cut Grade» (taille / proportions), «Finish grade» (symétrie / poli). Des critères notés: Excellent/E – Very Good/VG – Good/G – Fair/F – Poor/P.

Plus un diamant est taillé dans les bonnes proportions, mieux il emprisonne la lumière et la réfléchit de façon optimale d’une facette à l’autre. Les proportions idéales du diamant furent définies en 1919 par un ingénieur diamantaire belge : Marcel Toltowsky avec la taille brillant (57/58 facettes), populaire face aux tailles « fantaisie » (poire, ovale…) qui s’affirment.

En matière de taille de diamants, Anvers, la ville belge est devenue le quartier huppé des diamantaires, de la taille et du négoce des diamants. Suivent Tel-Aviv (Israël), Bombay (Inde) et New-York (États-Unis).

Au cœur de l’art de la taille de diamants

La taille de diamants relève du ressort d’un lapidaire ou diamantaire. Tout défaut de taille diminue la valeur du diamant. L’opérateur étudie d’abord la pierre brute avant toute manipulation. Suivent ensuite cinq opérations de transformation du diamant brut en pierre taillée.

Clivage, division de la pierre brute en deux parties

Une entaille est faite au diamant pour le fendre avec une lame en acier à laquelle on porte un coup sec. Les défauts de formation (inclusions, piqués…) sont ensuite éliminés.

Sciage, découpe du diamant en morceaux

Dans le plan de cristallisation, le diamant est partagé en morceaux. Sont mis à contribution le système de sciage au laser et le polariscope, ce dernier pour voir la polarisation du rayon lumineux. Souvent, le délai de sciage est assez long selon le poids de la pierre.

Débrutage, apparition d’une pré- ébauche de la forme

Cette phase transitoire permet au professionnel d’arrondir la ceinture du diamant, grand diamètre de la pierre. Le rondiste (circonférence) est façonnée perpendiculairement à la table pour mieux fixer la pierre au bijou. La culasse (partie inférieure formée par des facettes) est débarrassée des excédents de matières.

Taille en croix, facettage du diamant

Cette phase décisive crée toutes les facettes de la pierre. L’opérateur utilise une facetteuse automatique ou manuelle avec de préférence un ordinateur pour éviter les pertes de poids et mieux visualiser la métamorphose de la pierre brute en pierre taillée.

Brillantage, renforcement de l’éclat du diamant

Cette dernière étape finalise la taille du diamant par le renforcement de la brillance du diamant sur l’ensemble de ses facettes. Chacune est frottée sur un disque enduit d’abrasif jusqu’à l’obtention du poli idéal.

Vous aimez cet article ?



Laisser un commentaire

Commentaire

Recevez toute l'actualité bijoux en vous inscrivant à la newsletter Made in Joaillerie :