Dossiers

publié le 30 juillet 2010 - 0 Commentaires

Majorica, Voyage Presse au Pays des Perles

Invitée au voyage presse pour la présentation de la marque Joaillière Majorica, la journaliste Nathalie Koelsch nous livre en avant première, ses impressions sur ces perles peu ordinaires…

Fabrication Perles de Majorica.

Majorica célèbre ses 120 ans d’activité perlière cette année et le début d’une histoire commencée en 1890. Née de l’idée brillante d’un bijoutier et industriel allemand, Eduard Heusch, et d’une formule protégée, gardée dans le plus grand secret, Majorica a réussi à exploiter les trésors d’une île pour devenir une des étoiles du patrimoine espagnol.

La pêche, le travail minutieux des dentellières, et le verre soufflé étaient les trois sources de revenus de Majorque au début du 20ème siècle. Pour la beauté de la perle, le génial inventeur a utilisé ces trois métiers : les souffleurs de verre ont créé des boules de verre, les dentellières ont enfilé des perles, les pêcheurs ont rapporté des écailles de poissons et des coquillages : sous la houlette de ces trois métiers les perles organiques pouvaient naître.
La formule définitive finalisée en 1952, a lancé l’industrie de la perle de Majorque qui longtemps a été l’apanage de nos grands-mères. Reconnues dans le monde entier, les perles Majorica ont resplendi au cou des plus belles stars. Mais au fil du temps leur renommée mondiale s’est assoupie, sans cependant ne jamais ternir son aura sur le territoire espagnol.

Aujourd’hui Majorica ne souhaite que repartir à la conquête de son succès passé. Cette belle endormie veut de nouveau se réveiller aux cous des princesses. Après une réorganisation, et l’ouverture de son capital à de nouveaux actionnaires, Majorica est prête à réinvestir l’international et notamment le marché français avec une stratégie offensive, et la création de nouvelles lignes.
Déjà présente dans plus de 30 pays, des Etats-Unis au Japon, elle possède 15 magasins en propre en Russie, et des visiteurs prestigieux, comme Hilary Clinton ou le président chinois, ont souhaité visiter ses ateliers. Actuellement elle concentre ses efforts sur ses marchés cible : les Etats-Unis, la Russie et bien sûr la France. Son point fort, en plus de la qualité et de la taille de ses perles, réside dans son prix particulièrement attractif : un atout majeur en période de crise.

Aujourd’hui encore, chaque perle est réalisée dans l’usine de Majorque, selon le procédé d’origine. L’exigence de qualité de la marque est telle que 40% de la production est rejetée, et recyclée, jusqu’à l’obtention de la perfection. L’usine produit  cinq millions de perles par an!
Pour étoffer les collections, les ingénieurs de Majorica recherchent régulièrement de nouvelles teintes, afin d’étendre la gamme chromatique des perles. Plus de 12 teintes sont actuellement référencées du gris au blanc, s’approchant au plus près des couleurs des perles naturelles. Symbole d’élégance aux Etat Unis, Majorica continue de développer ses lignes de chokers et de sautoirs en perles rondes ou baroques, garants du bon goût, mais elle lance chaque année de nouvelles collections où fantaisie et classicisme se disputent les faveurs de la perle. Toujours élégantes et féminines ces lignes composées de perles, de cuir et d’argent, ravissent les yeux et le porte-feuille.

Majorica telle la Belle au bois dormant se réveille d’un long sommeil, prête à resplendir comme au temps de sa jeunesse.

À découvrir en France dès la rentrée.

Par Nathalie Koelsch



Laisser un commentaire

Commentaire

Recevez toute l'actualité bijoux en vous inscrivant à la newsletter Made in Joaillerie :